Manif du 1er décembre.

Nous étions 2000 d’après les journalistes hier à la manifestation, une foule de gilets jaunes et quelques-uns, comme nous, sans gilet, contre Macron et son monde. Peu de slogans, sauf un unitaire « Macron démission », et quelques messages sur les gilets : « Je cherche du travail », « artisan en colère », ou encore « SDF »… La manifestation, calme et trempée, est descendue lentement vers la Place de la Liberté où étaient rassemblés les syndicats réunis à l’occasion d’un appel pour plus de justice sociale et écologique. Des habitants aux fenêtres agitaient parfois un gilet jaune, applaudissaient, ou filmaient le défilé coloré. Les grands magasins scintillaient de décorations de Noël derrière les grilles baissées.

Avec Pierre-Yves Cadalen, Christophe Osswald, et d’autres militants de la France Insoumise, nous espérions voir la jonction se faire avec le cortège syndical, aux drapeaux brandis. Malheureusement, le lien n’a pas pu se faire, sans qu’il soit possible de blâmer les syndicalistes inquiets devant un mouvement protéiforme et inhabituel, ou les gilets jaunes méfiants devant la multitude d’étiquettes et de banderoles trop connues et les discours trop rodés.

Mais si la convergence attendue n’a pas eu lieu, les deux mouvements présents dans la rue hier montraient l’ampleur de la colère populaire et syndicale face à un gouvernement dont la violence sociale est sans précédent.

« Et pendant ce temps, l’Avenir reste à construire ».

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s